Les peintures de Per Kirkeby ne peuvent être détachées de ses autres pratiques : sculpture, estampe, cinéma, écriture. Son projet visant à sonder notre perception du monde mobilise alternativement plusieurs médiums : « Tout ce que je fais, quels que soient les matériaux avec lesquels je m’exprime, c’est la même chose, cela revient au même (1). » Kirkeby travaille des formes fragmentaires observées dans la nature, qui brouillent les limites entre le micro et le macro, perdent notre regard, sans distinction possible, entre l’extraordinairement petit et l’infiniment grand, dans une recherche des fondements des éléments qui nous gouvernent. Il met à l’épreuve les conventions historiques au gré d’une recherche constante qui ne peut être réduite à une progression linéaire.

 

En 1957, Per Kirkeby commence des études en sciences naturelles à l’université de Copenhague et se spécialise en géologie. Dans le cadre d’une thèse sur la géologie quaternaire arctique, il participe à cinq expéditions scientifiques au Groenland entre 1958 et 1965. En parallèle, en 1962, il entame une formation artistique dans une école d’art alternative nouvellement créée par des artistes et des cinéastes (Den Eksperimenterende Kunstkole). Cette structure indépendante perd rapidement sa vocation scolaire et se transforme en atelier collectif : les artistes d’Eksskolen développent alors de riches collaborations avec Fluxus. Kirkeby demeure attaché au Groenland et y mène plusieurs projets : une commande publique en 1969, un film sur la fermeture d’une mine de charbon en 1972, puis la préparation d’une exposition pour le musée d’Aarhus en 1993. Il intervient par ailleurs à deux reprises sur des films de Lars von Trier : pour Breaking the Waves (1996) où ses tableaux apparaissent en plan fixe entre les chapitres, puis pour le générique abstrait de Dancer in the Dark (2000).

 

 

Un voyage au Mexique, au Guatemala et au Honduras en 1971, en compagnie de l’écrivain Ib Michael et du photographe Teit Jørgensen, fut une expérience décisive. À partir des dessins, photographies et notes documentant les vestiges de la culture maya, ils publient le livre collectif Mayalandet (Le Pays des Mayas) à Copenhague en 1973. Les influences esthétiques de Kirkeby sont nombreuses, elles relient les époques et les civilisations, et sont perceptibles dans ses écrits polymorphes. Auteur de plus de soixante-dix livres, dont le premier paraît en danois en 1965, il voit certains de ses textes traduits en français dès 1987 à l’occasion de son exposition au Musée Saint-Pierre-contemporain de Lyon. Le montage de courts essais réunis sous le titre Bravura en 1981 (en français en 1998) illustre la multiplicité des sources de l’artiste, résumée ainsi par Jonas Storsve : « La peinture de Per Kirkeby est bien entendu nourrie de tout cela, des ruines de Byzance comme des neiges de la Terre de Peary, des natures mortes de Pieter Claesz comme des pièces de jeunesse de Strindberg, de l’art de Carl Frederick Hill comme de l’architecture maya (2) ». Krirkeby entame une réflexion sur les ruines d’Istanbul à partir d’une peinture de Martinus Rørbye, s’interroge sur l’histoire de l’architecture en brique, matériau utilisé dans des sculptures in situ (Musée d’art contemporain, Lyon; portique du tramway, Orléans…), ou considère notre rapport aux détails… Ses recherches sur les anfractuosités, les plis rocheux ou les profondeurs caverneuses, sujets caractéristiques de notre gouache, coïncident avec ses observations sur le détail : « je vis naturellement dans l’univers du détail. Là où on ne sait pas si les grandes choses sont de petites choses, si c’est ressemblant ou juste un matériau pictural (3) ». Kirkeby saisit ainsi les mouvements telluriques ou les indices originels du monde végétal et minéral. (G.P.)


 

1. Eddy Devolder, « Entretien avec Per Kirkeby », Arte Factum, Belgique, Juin/Juillet/Août, 1992, p. 31-36.

2. Jonas Storsve, «Avantpropos », in Per Kirkeby, Bravura, Paris, ENSBA, 1998, p. 10.

3. Per Kirkeby, Bravura, Paris, ENSBA, 1998, p. 188.


 

 

 

 

 

 

 

 

Réduire

Lire la suite

Fiche de l'artiste

Imprimer


Ces livres peuvent également vous intéresser