Piano et cinéma

L'attrait du piano
par Philippe Roger

 

Samedi 22 juin à 17 heures

Galerie Michel Descours 44 rue Auguste-Comte 69002 LYON

 

Entrée libre

 

 

Le piano n'est pas un objet ordinaire à l'écran. Dans les films habités de sa présence, ce meuble joue un rôle clef, qui éclaire la poétique des cinéastes. Cet essai s'attache à la cinégénie secrète de l'instrument de musique par excellence. On a cherché à identifier quelques figures majeures du piano, telles que de grands auteurs les ont façonnées. Douze haltes ponctuent ce chemin, depuis Max Ophuls et ses pianos-miroir et horloge, Jean Renoir et son piano-boîte à musique, et Jean Grémillon avec son piano-moteur. 

On rencontre le piano-cœur de Lubitsch, le piano-rêve que partagent Dreyer et Bunuel, le piano-radio de Borzage et le piano-pensée de Sirk ; ainsi que le piano-outil d'Hitchcock et le piano-sentiment de McCarey. Enfin, on s'aventure dans les séries du piano-démon (avec Robert Wiene, Karl Freund, John Brahm, Robert Florey et Edmond T. Gréville) et du piano-porte-voix (en compagnie de Roy Rowland, Nicholas Ray, Jean-Claude Guiguet, Robert Bresson, Pier Paolo Pasolini et Jean-Luc Godard), le piano-ange de Jacques Demy demeurant à part. En prélude et postlude, on fête le piano-cinéma d'Oliveira et Grémillon, et le piano-âme d'un trio de poètes d'aujourd'hui : Todd Haynes, Pere Portabella et Peter Sülyi. Après ce voyage, le lecteur ne considérera plus un piano dans un film du même œil ni de la même oreille, c'est le bonheur qu'on lui souhaite.

 

LIRE UNE CRITIQUE DE CE LIVRE

 

Maître de conférences en cinéma à l'Université Lumière Lyon 2, Philippe Roger est l'auteur d'ouvrages consacrés à des films de Max Ophuls (auquel il consacra sa thèse), Jean Grémillon, Edmond T. Gréville, Gérard Blain et Jean-Claude Guiguet (il a édité les écrits de ce cinéaste (Lueur secrète) en 1992 et publié en 1999 une étude sur son dernier long métrage, les Passagers). Critique aux Études, où il tient une chronique régulière, Philippe Roger réalise des films documentaires (dont Propos d'un passeur, portrait du critique Serge Daney, Paroles, portrait du cinéaste Paul Vecchiali, le Pays des ombres, sur Lyon au cinéma ; les Chemins du “Plaisir”, sur le film d'Ophuls ; et Terre sans pain en douze stations filmanalyse sur le documentaire de Luis Buñuel). Philippe Roger travaillle particulièrement sur la place de la musique et du son dans le cinéma.

 

 

Réduire

Lire la suite


Ces livres peuvent également vous intéresser