Catalogue publié à l’occasion de l’exposition « Surréalistes, certes » présentée à la galerie Michel Descours du 5 mars au 20 juin 2015. Le catalogue a été coordonné par Gwilherm Perthuis et Paul Ruellan.  

 

 

En vente à la librairie Michel Descours : 20 euros

Acheter ce catalogue

 

 

Conception graphique : Jérôme Séjourné / Marion Greco (Atelier Perluette) Relecture : Marie-Claude Schoendorff Photogravure : Touch and Go, Frédéric Basset. Typographies : Basetica (Nonpareille) et AW Conqueror inline. — Imprimé à 1000 exemplaires sur les presses d’Alpha, Peaugres (07). Papier : Olin regular high white.

 

Les auteurs des essais du catalogue :

 

Docteur en histoire de l’art, Jérôme Duwa poursuit des recherches sur les fonds surréalistes de l’Imec. Il a contribué au Dictionnaire André Breton (Classiques Garnier) et collabore à La Revue des revues, à Midi, aux Cahiers Benjamin Péret, à Infosurr et à Critique d’art. À paraître : Les Batailles de Jean Schuster, défense et illustration du surréalisme (L’Harmattan) et les Œuvres complètes de Robert Lebel (Mamco).

 

Olivier Lossi est spécialiste des liens entre art et machine dans l’art du XXe siècle. Professionnel de la médiation, il est attaché de conservation au musée de Valence. En 1994, Germaine De Maria et Jean-Roger Soubiran alors conservateur en chef du musée des Beaux-Arts de Toulon lui confient la réalisation du catalogue raisonné du fonds de l’atelier de Pierre De Maria.

 

Maxime Morel enseigne l’histoire et la théorie de l’art à l’École d’art de Bayonne et est chargé de cours à l’École du Louvre. Il prépare une thèse consacrée à l’Historiographie du surréalisme (Paris 1) et a édité les Œuvres complètes de René Crevel (éd. du Sandre, 2014).

 

Gérard Roche est diplômé de l’Institut d’études politiques de Grenoble, il a enseigné les sciences sociales à Lyon. Il a publié plusieurs études sur l’histoire politique des intellectuels et sur le surréalisme. Il est président de l’Association des amis de Benjamin Péret et directeur de publication des Cahiers Benjamin Péret.

 

Étudiante en Master 2 de philosophie contemporaine, Margot Taupin mène des recherches sur le dessin moderne. Après avoir questionné l’automatisme chez Unica Zürn et Fred Deux, elle se concentre sur l’œuvre de Camille Bryen. Parallèlement, elle développe une pratique d’écriture dans le sillage du plasticien Charles Le Hyaric, pratique dont l’objectif est de lier processus de création et processus de conceptualisation.

Réduire

Lire la suite


Ces livres peuvent également vous intéresser