Lancement et présentation du 9ème numéro de la revue Initiales (printemps 2017) consacré à l'écrivain, artiste et traducteur Pierre Klossowski.

Avec Jérôme Mauche, rédacteur en chef du numéro ; Claire Moulène, rédactrice en chef de la revue Initiales et curateur au Palais de Tokyo ; Emmanuel Tibloux, directeur de publication de la revue et directeur de l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon ; et enfin Marie-Mam Sai Bellier, Marine Stephan, designers graphiques.


Mercredi 12 avril 2017 à 19 heures
Galerie Michel Descours 44 rue Auguste-Comte 69002 Lyon

Entrée libre - réservations : gwilherm.perthuis@galerie-descours.com

 

 

A propos de ce numéro :

Cet Initiales PK, pour Pierre Klossowski, prend la forme, sans doute plus encore que les précédents numéros, d’un portrait gigogne. Où s’enchâssent dans l’entralecement des textes et des images les mille visages de Pierre Klossowski : né allemand en 1905, mort parisien en 2001 ; séminariste à Lyon pendant l’Occupation et signataire en 1947 de Sade mon prochain ; traducteur (d’Hölderlin, Nietzsche ou Rilke) et romancier, essayiste, scénariste et même acteur (pour Bresson) ; peintre enfin, ou plutôt dessinateur lorsqu’il décide au tournant des années 80 d’abandonner l’écriture pour s’adonner à ses crayons de couleur. Surtout, cette 9e livraison d’Initiales est l’occasion de retrouver au fil des pages quelques-uns des personnages clés de l’univers klossowskien : Roberte, bien sûr à qui est consacrée la trilogie des Lois de l’hospitalité et bien plus encore, ou le jeune Ogier de Beauséant qui prête ses traits au Baphomet écrit en 1965 mais que PK croisera à plusieurs reprises, dans une confusion assumée de la chronologie.
« PK s’intéressait à la plasticité des êtres qu’il rencontrait, projetant sur eux les contours qu’il voulait leur voir, et comme à l’essayage d’un costume qu’il aurait tenu prêt pour eux, chacun des nouveaux venus étant ainsi amené, à son insu, à essayer le rôle laissé par un autre sur la scène du théâtre permanent des fictions et des visions klossowskiennes », écrit à ce propos l’écrivain et cinéaste Alain Fleischer qui consacra trois films et un livre à l’œuvre facettée de Pierre Klossowski.
C’est cette histoire de tableau vivant, de doublures et de simulacres que nous racontent, entre autres, les historiennes de l’art Marie de Brugerolle, Marie Canet et Catherine Grenier, le psychanalyste Hervé Castanet, le commissaire Pierre Bal-Blanc, l’écrivaine Danielle Mémoire et les artistes Pauline Bastard, Denis Savary, Julien Carreyn, Adélaïde Feriot ou Ed Atkins.

 

Liste des contributeurs de ce numéro : Denis Savary, Guillaume Perrier, Pauline Bastard, Hélène Hulak, Vrigile Tavernier, Hervé Castanet, Ed Atkins, Claire Moulène, Alex Gordon, Vincent Romagny, Julien Carreyn, Thomas Malenfant, Pierre David, Jean-Paul Hirsch, Danielle Mémoire, Pierre Klossowski, Jean-Luc Blanc, Marie Canet, Edouard Levé, Marie De Brugerolle, Adelaïde Deriot, Catherine Grenier, A. Giacomini / L. Sellies, Vanessa Desclaux, François-René Martin, Raffaelle della Olga, Michel Métayer, Jérôme Mauche, Bruno Carbonnet, Emma Marion, Philippe Artières, Slaven Waelti, Ulla von Brandenburg, Cyrile Duret, Laurence Perrigault.

 

A propos de la revue :

Paraissant deux fois par an, Initiales, revue produite et éditée par l'École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba) de Lyon, et coproduite par la Fondation d'entreprise Ricard.

La revue esquisse les contours d'une galerie de « portraits en creux » en s'organisant autour de « figures-source », existantes ou fictives. Des figures d'artistes, philosophes, écrivains, architectes ou cinéastes dont le dénominateur commun est qu'elles ont « fait école » dans leur discipline et au-delà, dans les champs qu'elles ont investis ou traversés. L'œuvre, la pensée mais plus encore les méthodes déployées, les pistes explorées (et parfois avortées) ou les réseaux créés par cette figure de référence servent de sous-texte ou de script à chacune des livraisons.

Revue de recherche et de création, Initiales fait le pari qu'une école d'art est aujourd'hui l'un des lieux les plus aptes à produire et organiser des formes et des pensées nouvelles, susceptibles de venir nourrir le débat et élargir le champ de l'art et de la pensée. Conçue et produite, tant du point de vue de ses contenus que d'un point de vue graphique, par et depuis l'Ensba, et faisant intervenir de nombreux contributeurs extérieurs, c'est une revue d'école, mais dans l'exacte mesure où l'école est un lieu de passage, de rencontre et de collaboration avec de multiples acteurs qui lui sont aussi extérieurs.

 

 

Réduire

Lire la suite


Ces livres peuvent également vous intéresser