L'écrivain, critique d'art, et régent de tératologie & dinographie au Collège de ‘Pataphysique Gilbert Lascault présentera son livre Saveurs imprévues et secrètes, publié par Hippocampe éditions, en dialoguant avec l'historienne de l'art Camille Paulhan qui a composé et préfacé le volume.
 

Vendredi 20 octobre 2017 à 19 heures
Galerie Michel Descours 44 rue Auguste-Comte 69002 Lyon

Entrée libre - récervations : perthuis.gwilherm@galerie-descours.com

 

« Tu aimerais rêver. Le léger t’intéresserait au moins autant que le lourd, le souple que le dur, le translucide que l’opaque. La fragilité du cristal t’émouvrait au moins autant que son éclat. Dans les marbres parfois, tu aimerais les failles et les cassures. Le bruit d’une soie qui crisse et se déchire te troublerait. Tu saurais déceler une rouille légère sur le brillant d’une armure. Tu te souviendrais que, dans le théâtre Nô japonais, parmi d’autres « allures » d’acteurs, « l’allure évanescente » est proche de la beauté de la fleur prête à tomber.  »

 

On ne saurait dire de Gilbert Lascault, dont l’abondante bibliographie révèle une activité littéraire constante depuis le milieu des années 1960, qu’il serait un critique d’art méconnu qu’il faudrait, selon les termes consacrés, « redécouvrir ». Il n’y a en effet pas lieu de le faire tant lui-même a tâché d’être le plus discret possible. Mais nous souhaitions partager avec un plus grand nombre de lecteurs des textes du critique d’art aujourd’hui difficilement accessibles, complétant en cela sa première anthologie, Écrits timides sur le visible, parue en 1979 (Union générale d’éditions) puis rééditée en 2008 (Kiron/Le Félin). Les textes réunis par Camille Paulhan pour ce volume sont issus de catalogues, de revues, d’actes de colloque ou de recueils variés, s’étirant sur une période allant de 1968 à 1994. Ils permettent d’appréhender la poésie d’une esthétique apparemment effilochée, manifestement énamourée et définitivement engagée. Les saveurs imprévues et secrètes, ce sont celles qui émanent des œuvres d’art et parmi lesquelles Gilbert Lascault nous guide, comme un nez manipulant des fragrances évanescentes.  

 

 

TABLE DES MATIERES


Portrait d'un critique d'art en chariot, par Camille Paulhan

Une Schéhérazade du gluant : autour des textes de Salvador Dalí
Quelques objets absents
Notes sur l'archaïque, sur les forêts, les grenouilles et quelques autres choses
Mailles, encres, collages et textiles de Pierrette Bloch
Dix anecdotes apocryphes autour de l'écriture
Bernard Réquichot produit le dissimulé et la dispersion
Lettre à Charles Pellat
Nécrologie de Charles Pellat
L'art contemporain et la « vieille taupe »
Le musée comme échec indispensable
Les fantasmes de mon cadavre
L'agression contre le visuel
Marcel Duchamp : l'éloge du peu
Remarques sur le détail
Gérard Gasiorowski : peindre ou ne pas peindre
La peinture, la nourriture, l'oralité
Bertholin et la matière inavouable
Un dictionnaire partial du paysage
Sur deux écrivains imaginaires
Tu mangeras le pain rouge de Panique
Détours autour des courbes
Pour le peu et le léger, encore

 

Réduire

Lire la suite


Ces livres peuvent également vous intéresser