Bernard Réquichot. Zones sensibles

par Jean-François Chevrier

 

Mercredi 19 juin 2019 à 19 heures
Galerie Michel Descours 44 rue Auguste-Comte 69002 LYON


 

Entrée libre
Réservations recommandées : gwilherm.perthuis@galerie-descours.com

 

A l'occasion de la publication de sa monographie Bernard Réquichot. Zones sensibles, chez Flammarion, nous invitons l'historien de l'art Jean-François Chevrier a évoquer la trajectoire artistique singulière et fulgurante de Bernard Réquichot.


Un ensemble de 8 peintures et dessins de Bernard Réquichot seront présentés à la galerie durant la soirée.

 

 

« Papiers choisis », « reliquaires », « dessins de spirales », « traces graphiques »... l'œuvre de Bernard Réquichot (I929-I96I) dessine une trajectoire singulière entre l'art informel et la poésie concrète, le Nouveau Réalisme et le Pop Art. De I954, quand une voie personnelle se dégage de ses recherches, à son suicide en décembre I96I, à la veille de sa deuxième exposition dans la galerie Daniel Cordier, il ne cessa d'expérimenter. Il fut l'un des protagonistes du renouveau du collage. Privilégiant explicitement l'étude du « monde intérieur », il lia hallucination et énigme dans une imagerie aux tonalités contrastées, grinçante, pleine d'humour, allusive et hybride, biomorphique et fantastique. Cet ouvrage entend donner à son œuvre la place qu'elle mérite dans l'histoire de l'art récente : une oeuvre de tout premier plan dans l’art abstrait des années 1950 qui peut servir de point de départ à un questionnement sur l’articulation peinture/écriture. Au-delà de ses propres réalisations, les recherches de Réquichot conduisent à interroger l’œuvre d’autres artistes/écrivains qui lui sont contemporains et qui ont pu croiser sa trajectoire et l’influencer : Michaux, Artaud, Unica Zürn, Christian Dotremont, Joan Brossa…  Elles questionnent aussi une génération d’artistes plus jeunes qui ont joué de cette double pratique littéraire et artistique : Dominique Angel, Alain Fleisher, Titus Carmel, Henri Cueco, Paul Armand-Gette, Jean le Gac, Garouste, Valérie Mrejen, Edouard Levé…

 

 

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres, historien et critique d’art,Jean-François Chevrier a enseigné à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris de 1988 à 2019. Fondateur et rédacteur en chef de la revue Photographies (1982-1985), conseiller général pour la Documenta X (1997), il est l’auteur de nombreux textes sur les échanges entre littérature et arts visuels au XXe siècle, sur l’histoire de la photographie, et sur l’art depuis les années 1960. Les éditions L'Arachnéen ont rassemblé de nombreux textes épars dans des volumes thématiques, sur le corps, sur la trame, sur le territoire et la photographie. Il a également publié L'Hallucination artistique, de William Blake à Sigmar Polke chez le même éditeur. Il est l'un des grands connaisseurs et spécialistes de l'oeuvre de Jeff Wall dont il vient de rééditer les écrits et entretiens (éditions de l'ENSBA Paris).

 

 

Réduire

Lire la suite


Ces livres peuvent également vous intéresser